Blog - Anthony Finocchiaro - L’enfant star devenu ambassadeur

Anthony Finocchiaro - L’enfant star devenu ambassadeur
By Mathieu 11/01/2019 10:00

A nos côtés, vous (re)découvrez les joies de la glisse et partagez votre passion avec les flâneurs.

Ce sont ces valeurs qui unissent la communauté Flaneurz et nos ambassadeurs. Anthony Finocchiaro, patineur emblématique des années 2000 a récemment rejoint la Clique. Connu pour sa  carrière de sportif de haut niveau dans le monde du roller, et résidant maintenant en Espagne, il lui tient à coeur de prendre part à notre aventure pour faire rayonner notre concept innovant.

Le temps d’un aller-retour Barcelone/Paris, “ The Finch ” a pris le temps de passer par le SkateLab de Flaneurz pour répondre à nos questions.

 Gros plan sur les Fila de The Finch

© the_finch

 

/UN ENFANT PRODIGE

 

/Parle nous un peu de toi, quelle(s) discipline(s) pratiques-tu et comment cette passion du roller est-elle née ?

Tout a commencé de manière assez originale. A 10 ans, j’ai demandé à mes parents un skateboard pour Noël. Je rêvais de pouvoir aller “ rider “ dans le mythique Bowl du Prado à Marseille. A ma plus grande déception, ils m’ont offert une paire de roller quad ! Pour la petite histoire, j’ai été tellement déçu que je suis allé régulièrement échanger mes patins contre des skateboards.

Petit à petit, Je suis devenu ami avec des personnes issues du monde du roller. Pendant nos balades, j’ai découvert le street grâce à eux. J’ai compris que pour les suivre, j’avais tout intérêt à garder mes patins. Très vite, j’ai adopté le roller comme mode de vie et je n’ai jamais cessé depuis mes 10 ans. Je comptabilise 22 ans de pratique.

 

En terme de disciplines, j’ai commencé par le roller agressif, c’est-à-dire par faire des figures sur des modules ou du mobilier urbain avec des rollers en ligne. Cependant, j’ai eu la chance d’être éduqué par des anciens du roller. Ces derniers pratiquaient en roller quad, ce qui m’a permis de ne pas avoir de préjugé sur les différentes disciplines du roller. A cette époque, les pratiquants du roller quad et du roller en ligne ne se fréquentaient pas. Cela m’importait peu, je suis quelqu’un d’ouvert d’esprit. Pour l’anecdote, j’allais au skatepark en roller quad et j’avais ma paire de street dans mon sac à dos. Une fois arrivé je changeais de paire. Plus tard, j’ai pratiqué le saut, la descente et j’ai même une combinaison de *buggy rollin (*Armure ou combinaison équipée de roulettes au niveau des différents points d’appuis du corps humain.) ! Cependant, je suis incapable de faire du slalom ou de la roller dance. Je ne suis pas assez patient techniquement.

Pour résumer, je suis un fan de sports de glisse. Je fais aussi du skateboard ou encore du BMX Flat. Je suis curieux et intéressé par toutes les pratiques extrêmes.

 

Gros plan sur les Fila de The Finch

© the_finch 

 

/Arrives-tu à vivre de ta passion ? Comment allies-tu ta pratique du roller dans ton quotidien ?

Le roller est une partie intégrante de ma vie, mais je ne vis pas exclusivement de ça.

Seulement 6 mois après mes débuts en roller, j’ai commencé à faire des compétitions de freestyle. Très vite, j’ai eu le statut de prodige du roller. Peu d’enfants arrivaient à faire ce que je faisais à mon âge. Rapidement, beaucoup de marques du monde du roller se sont intéressées à moi et j’ai été rapidement sponsorisé. J’ai participé au FISE dès ma première année en roller et j’ai fini dans le top 10 amateurs. Cela m’a permis de beaucoup voyager et d’en vivre. À 25 ans, j’ai arrêté la compétition à haut niveau pour me tourner vers d’autres projets.

Il y a dix ans, j’ai rejoint le groupe Seba en tant que directeur artistique. J’ai travaillé sur le développement visuel de la marque à travers l'édition de photos, vidéos, du blog ou encore des réseaux sociaux. J’ai aussi pris part au développement de leur branche de produits dédiés au street. Comme j’étais le seul au sein de la marque à venir de ce milieu, j’ai pu apporter mon expertise. Nous avons créé une équipe de “ riders “ professionnels et j’ai joué le rôle de bêta-testeur, tout comme Poupa avec Flaneurz.


Au quotidien, mes rollers sont le prolongement de mon corps. À Barcelone, je ne prends jamais le métro, je fais tout en patins ! J’ai gardé mon habitude d’aller au skatepark en roller quad et avec ma paire de street dans mon sac. Parfois, il m’arrive même de sauter directement dans le bowl avec mes rollers quad !

 

Gros plan sur les Fila de The Finch

 © the_finch 

 

/UN UTILISATEUR AVANT D’ÊTRE UN AMBASSADEUR

 

/Comment as-tu connu Flaneurz ? Qu'est ce qui te plait dans ce concept ?

J’ai découvert Flaneurz pendant leur campagne Kickstarter. Comme je fais du déplacement urbain, j’attends depuis mes débuts un projet concret qui correspond aux attentes des pratiquants de roller, dont je fais parti. Depuis que j’ai commencé le roller, je crée mes propres montages de rollers quad en vissant mes baskets sur des platines avec des roues Kryptonics. J’ai “ sacrifié ” un certain nombre de paires de Nike Air Force One ! Par exemple, avant d’avoir ma première paire de Flaneurz, je me faisais 4 montages de roller quad maison par an. Sous le soleil barcelonais, je peux patiner toute l’année.

 

D’ailleurs, j’ai été surpris quand j’ai reçu ma paire de Fila Cage Socks. Je m’attendais à ce que la chaussure soit trop souple et le système trop fragile. Une fois l’habitude de clipser/déclipser prise, je me suis rendu compte que je pouvais sauter les marches de mon perron tous les jours sans aucun problème.

Flaneurz représente l'aboutissement de la pratique du roller, je n’ai plus deux paires à avoir constamment sur moi. Pour moi, c’est la combinaison parfaite du roller avec la chaussure, c’est le meilleur des deux mondes : être stylé en roller quad.

 

/Qu'est-ce que cela représente pour toi d'être ambassadeur Flaneurz ?

Tout d’abord, être contacté par une marque pour devenir un ambassadeur est une forme de reconnaissance. Pour moi, Flaneurz comporte deux aspects. 

Le premier, c’est d’apporter ma vision en tant qu’utilisateur car je suis un client passionné de roller avant d’être un ambassadeur. Je les utilise au quotidien. J’aime partager ma vision de ce sport en expliquant que c’est un plaisir de faire du roller Flaneurz aux pieds, et non un devoir. Je me sens investi car c’est un produit qui suscite la curiosité. Lorsque les gens m’arrêtent dans la rue, je leur fais des démonstrations. J’ai toujours ma clé sur moi pour déclipser et je n’hésite pas à faire essayer ma propre paire si on me le demande !

 Le second aspect, c’est la notion éducative et ludique que m’apporte mon rôle d'ambassadeur. Grâce à ma facilité à communiquer avec la communauté roller via les réseaux sociaux, je montre le rôle du roller quad dans l’histoire du roller en essayant de gommer les barrières qui existent quelquefois entre les différentes disciplines. J’aime prôner la pluridisciplinarité du roller en cassant les codes. Je me dois de montrer l’exemple et d’éduquer les pratiquants et autres futurs passionnés de roller.

Il y a une forme de neutralité avec Flaneurz : ce n’est pas un produit créé pour une pratique mais pour tous les pratiquants de roller.

 

Portrait The Finch

© the_finch

  

Comme Anthony, vous souhaitez faire avancer le monde du roller à nos côtés ? Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et LinkedIn), inscrivez-vous à notre newsletter et parlez-en autour de vous !

 

Avec Flaneurz, laissez-vous porter au gré du vent avec chic et élégance.